Facteurs de réussite

Repérer et étudier plutôt qu’occulter et bloquer

Une rénovation de bâtiment ou de chauffage en attente, une personne innovante avec de bonnes idées, un cadre légal nouveau ou modifié : diverses raisons et données peuvent être l’occasion de s’intéresser de plus près à la pertinence énergétique d’une demande ou d’un projet et de lancer un projet énergétique communal. Pour les décideurs des communes, il est utile de prendre conscience de la dimension énergétique d’une requête, de repérer et d’étudier les possibilités par une attitude ouverte – et d’exploiter les opportunités qui en découlent avec une stratégie à long terme.

S’informer et se faire conseiller

Pour qu’un projet énergétique réussisse, un premier conseil compétent est essentiel. Les services cantonaux de l’énergie sont les interlocuteurs appropriés. Peuvent être abordées et approfondies à cette occasion des questions sur des projets individuels spécifiques, sur la gestion énergétique communale, sur l’assainissement de biens immobiliers communaux, sur l’approvisionnement dans tous les domaines énergétiques dans lesquels la commune peut avoir de l’influence.

Elaborer de bonnes bases de planification

Les questions relatives au dimensionnement d’une installation, aux synergies avec d’autres projets, les interrogations sur la rentabilité, l’esthétique, la qualité des travaux, etc. doivent être clarifiées dès le départ. Des projets de construction et de rénovation ont souvent des répercussions financières considérables pour le budget de la commune. Aussi est-il vraiment utile d’investir une partie (généralement modeste) des dépenses globales pour un projet dans l’étude, ceci afin d’éviter au final des dépassements de coûts imprévus.

Donner l’impulsion par l’exemple

Des projets communaux en matière d’énergie ont un fort rayonnement sur d’autres acteurs. Aussi bien des particuliers que des entreprises soutiennent ces décisions dans la politique communale et eux-mêmes s’appuient ensuite sur ce modèle. Quasiment tous les projets communaux peuvent donner l’impulsion. C’est pourquoi il est essentiel de démarrer petit et de mettre en œuvre ce qui est possible, judicieux et rentable à moyen et long terme.

Rechercher la collaboration et profiter du savoir-faire existant

Dans toutes les communes, il existe des entrepreneurs, agriculteurs ou habitants qui disposent de beaucoup de savoir-faire dans le domaine de l’énergie et qui sont prêts à participer activement à l’élaboration et/ou la mise en œuvre de projets. Les représentants des communes doivent avoir une oreille ouverte à ce type de collaboration et intégrer dans le processus toute organisation ou personne motivée.

Etudier les options de financement et bénéficier de fonds de soutien

Tout projet communal en matière de politique énergétique nécessite des ressources, notamment financières. Néanmoins, les considérations pécuniaires ne doivent pas empêcher de prime abord les communes de s’intéresser à un projet. Les communes ne sont pas forcément contraintes d’investir elles-mêmes dans des projets. Il existe généralement différents modèles de financement. De plus, de nombreux projets peuvent bénéficier d’aides et de subventions substantielles.

Renforcer le site et communiquer activement

«Fais quelque chose de bien, parles-en et tires-en profit.» Les communes qui mènent une politique énergétique durable et communiquent activement sur leurs activités et projets en la matière peuvent considérablement renforcer l’attractivité de leur site. Elles se font, vis-à-vis de la population, non seulement une réputation de communes progressistes et tournées vers l’avenir, mais en plus elles incitent leurs habitants à prendre davantage conscience des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Parallèlement, elles peuvent devenir un site attrayant pour les entreprises, en passant des commandes au niveau local et en renforçant le dynamisme économique.

Etablir une stratégie à long terme et faire preuve d’endurance

Dans le futur, l’énergie continuera à être très utilisée dans les communes. Il est donc judicieux d’axer la politique énergétique communale sur des objectifs à long terme. Une maximisation des gains à brève échéance avec des investissements énergétiques ne doit pas être la priorité pour les communes. Mieux vaut dans ce domaine avoir des réflexions sur le cycle de vie complet d’un projet et prendre systématiquement en compte les répercussions économiques d’investissements sur les communes dans les décisions afférentes.